Ce site Internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies sur votre appareil tel que mentionné dans nos Informations sur les cookies.
Réserver maintenant
+261-344189547 +39-3270569113
Réserver maintenant

Madagascar

  • P1090596
  • P1090651
  • DSC_0215
  • P1090565
  • P1090636
  • escurzioni
  • spiaggia

Madagascar

Madagascar est une île de l’Océan Indien, située sur la côte orientale du continent Africain, faisant face au Mozambique. Pour les amoureux de la nature et des animaux, Madagascar est un vrai paradis terrestre, 80% des espèces animales et végétales présentent sur le territoire sont en effet endémiques, c’est-à-dire existant seulement dans cette zone. Les exemples les plus évidents d’espèces endémiques sont les lémuriens, mais aussi les 250 autres espèces de grenouilles, caméléons, baobabs et papillons. Le terme « Malgache », indique la langue, l’ethnie et la nationalité.Sur l’île coexistent 18 ethnies différentes, provenant de la zone Indonésienne et Malaisienne (les Merina), de l’Afrique (les Bantus), du monde Arabe (les Antemoro et les Antanosy), et de l’Europe avec l’arrivée des Portugais, Français et Hollandais. Madagascar, sous le protectorat Français depuis 1885, est devenue une République indépendante le 26 juin 1960, guidée par son premier président Philibert Tsiranana.De nombreux présidents se sont succédés avec difficulté jusqu’au 17 mars 2009, quand le leader de l’opposition, Andry Rajoelina, assiégea le palais présidentiel, aidé de l’armée, effectuant ainsi un coup d’Etat. Aujourd’hui, le pays tend à trouver une solution même si aucune n’a encore été établie définitivement.Note positive à souligner, le fait que ces tensions ne sont jamais associées à des affrontements ou luttes armées (sinon de rarissimes cas isolés dans la capitale Antananarivo). Le tempérament pacifique de la population et le fort désintérêt à l’encontre de la politique nationale de la part des populations côtières ont en effet préservé le tourisme et les touristes qui au cours de toutes ces années ne se sont jamais sentis menacés par la situation et les tensions politiques.Madagascar est aussi appelée « l’île rouge », ce nom dérivant de la forte prévalence de terres ferreuses qui colorent les sols et les environs d’un magnifique rouge amarante.Un plateau central, sur lequel se dresse Antananarivo, sépare Madagascar en deux. La partie orientale est caractérisée par une végétation dense et un climat pluvieux influencé par les moussons. La partie occidentale est, au contraire, caractérisée par un climat aride avec d’insuffisantes précipitations. La majeure partie de la population est Chrétienne même s’il y a actuellement de nombreuses croyances et rites traditionnels provenant de l’antique religion Malgache.- Le culte tourné vers les ancêtres Razana, consiste à l’invocation des âmes destinées à protéger les vivants de l’infortune, de la disgrâce et de la maladie. Ces rites, obligatoires auparavant pour toute activité économique et pour le mariage, consistent en des danses et bals, accompagnés de Rhum Malgache et quand les gens peuvent se le permettre, au sacrifice d’un zébu. Sacrifice mis à part, ces cérémonies sont très intéressantes à voir pour un touriste, surtout pour ceux intéressés par les grands événements comme le vol d’inauguration du premier Boeing 747 d’Air Madagascar.

  • Les funérailles sont différentes d’une région à l’autre mais toujours spectaculaires. Sur les plateaux, la population des Merina encercle le défunt d’un linceul de soie. Après quelques jours de visites par la famille, il vient à être transporté dans la tombe, mais seulement après l’avoir accompagné une dernière fois dans les lieux qui lui sont chers. Les Mahafaly et les Antandroy dansent tandis que l’on transporte le cercueil. Quelques zébus seront sacrifiés au début de la cérémonie (plus le mort était important, plus l’on sacrifie de zébus), et après quelques jours de danses, chants et boissons, la cérémonie se conclut par un grand repas où l’on mange la viande des bovins et où l’on vient à déposer les cornes des animaux sous le monument du défunt.
  • La date d’excavation, Famadihana, se décide au moment du décès par un astrologue, un Mpanandro. Ce rite a lieu des années après la mort et consiste dans l’exhumation du corps et du transport de celui-ci dans le village, accompagné de chants, de musiques et de jeux. Après lui avoir fait les offrandes et offert un nouveau linceul, on lui fait faire sept fois le tour de la tombe. La cérémonie se termine en mangeant la viande de zébu, sacrifié pour l’évènement.
  • Les sorciers Ombiasy, sont de vrais chamanes guérisseurs et connaisseurs des herbes médicinales. Ils peuvent, en outre, communiquer avec les défunts et transmettre leurs désirs aux vivants. C’est la raison pour laquelle ces personnes sont d’une grande importance dans la vie politique et sociale des Malgaches.
  • Les lois des ancêtres sont composées des « Fady »et de la « Fomba ». Les Fady sont de réels tabous que les ancêtres ont imposés aux vivants. Ils s’adressent tantôt à une personne en particulier, tantôt à un clan, ou encore, seulement à une catégorie de personnes. Les Malgaches ne s’offensent presque jamais si un touriste ne respecte pas ces Fady, même s’il est bon de respecter les croyances locales. La Fomba est au contraire une obligation, souvent dérivée des coutumes traditionnelles. Afin d’éviter la punition des ancêtres, tous les Malgaches sont tenus de respecter ces règles. Parmi toutes, rappelons celle consistant à verser à terre quelques gouttes de rhum avant de pouvoir le boire.
  • La circoncision vient à être effectuée à l’approche de la majorité. La cérémonie est très structurée et collective (tous les garçons du même âge se font circoncire au même moment) et prend des dimensions considérables chez les Antambahoaka. En effet, dans leur zone, la fête de Sambatra est dédiée à cette cérémonie. Tous les sept ans, on y trouve un millier d’invités et les réjouissances se prolongent pour des semaines interrompant totalement les activités de la communauté.                                                  

​​​​​​Cette cérémonie n’inclut pas les touristes et les étrangers (vasà). Si vous souhaitez y assister, il faudra toujours en demander la permission au président du village et respecter les coutumes en place.Madagascar est divisée administrativement en provinces, régions, circonscriptions et communes. Il existe 6 provinces, et chacune d’elles, prend le nom de son chef-lieu :

  1. Antananarivo avec 4.580.000 habitants
  2. Antsiranana avec 1.188.000 habitants
  3. Fianarantsoa avec 3.366.000 habitants
  4. Mahajanga avec 1.733.000 habitants
  5. Toamasina avec 2.593.000 habitants
  6. Toliara (Tulear) avec 2.229.000 habitants

Les régions sont à l’inverse 22 et comprennent 111 circonscriptions comprenant à la fois diverses communes urbaines (elles sont 45 au total et se nomment Firaisana) et communes rurales (les plus pauvres de toute Madagascar).Mis à part le tourisme, Madagascar vit (ou plutôt survit) de l’exportation textile. D’autres ressources importantes sont fournies par le commerce de la vanille, du litchi et des huiles essentielles.La disponibilité énergétique est limitée et dans les sous-sols ne sont localisés que de petits gisements pétroliers ou de gaz naturels. A l’inverse, on trouve de très nombreuses extractions minérales, parmi lesquelles on trouve le graphite, l’or et les pierres précieuses. Des géants du commerce se sont d’ailleurs déjà implantés dans les terres pour amorcer l’extraction de nickel, particulièrement riche dans les sous-sols de Madagascar.
Fermer